Afin de minimiser son empreinte sur la planète et garder le coté culturel, la marque s’oriente vers deux processus production:

1. Conserver l’imprimé traditionnel du batik Indonésien réalisé par les locaux de manière éthique, uniquement sur du coton, pour garder le coté culturel.

2. Dessiner et imprimer ses propres motifs inspirés du batik Indonésien sur des fibres naturelles biologiques certifiées standard 100 par Oeko-tex 100 pour l’aspect éco-responsable et durable.

Insipiration-adaperlu-culture-batik

LE BATIK INDONESIEN : HÉRITAGE CULTUREL INESTIMABLE.

L’UNESCO inscrit cet art du textile à la liste du patrimoine immatériel de l’humanité en 2009.

Le mot d’origine javanaise à la même racine que le mot « titill » qui signifie point.  Le batik reste intimement lié aux anciens royaumes de l’île qui possèdent les principaux centres de textile traditionnel.

La technique du batik reste globalement la même selon les régions Indonésiennes, seuls les motifs diffèrent. Généralement l’artisan vient dessiner les motifs au préalable sur un tissu en coton, blanc de préférence. Puis il applique minutieusement une cire chaude sur ses dessins pour les protéger de la coloration.

ADA PERLU SE CONCENTRE SUR LES MOTIFS DU BATIK

Ada perlu se concentre non pas sur la technique du batik mais sur les motifs et garde un procédé d’impression simple et non pas traditionnel.

Autrefois, certains motifs étaient exclusivement réservés aux familles royales et aux aristocrates de la cour. Ils marquaient d’ailleurs l’influence de la dynastie régnante à travers des symboles et des couleurs précises.

Traditionnellement, on utilise l’indigo, les jaunes, le rouge ou le marron. Les motifs servent très souvent à marquer des moments importants et symboliques dans la vie des Indonésiens.

La conception du batik connut son apogée au cours du XIXème siècle mais déclina tout au long du XXème siècle, notamment après l’Indépendance de l’Indonésie et l’occidentalisation du pays. Le batik est usuellement porté avec les costumes traditionnels, que ce soit lors des danses traditionnelles ou pour des cérémonies officielles et religieuses.

METTRE À L’HONNEUR LE BATIK SUR LA SCÈNE INTERNATIONALE.

Le but de la marque est de mettre à l’honneur le batik notamment sur la scène internationale, de reprendre la pratique en la modernisant.

L’objectif principal consiste également à promouvoir la culture indonésienne et à transmettre cet héritage séculaire aux futures générations. Fruit d’un travail délicat, le batik demeure l’un des symboles artistiques des Indonésiens. De quoi rester fier et fière de cet art inestimable !

Précédent
Suivant
coton-Bali-adaperlu-batik-impression-bio-certification-encreeco-responsable

DES FIBRES NATURELLES BIO ET CERTIFIÉES

Ada perlu sélectionne des matières 100 % naturelles totalement dénuées de polyester, pour créer des collections de lingerie, maillots et accessoires tendance.

Les produits sont fait-main et la marque utilise du coton ou un assemblage de coton et bambou biologique. Son encre est certifiée Standard 100 par Oekotex.

POURQUOI LA MARQUE UTILISE DES FIBRES NATURELLES AU LIEU DE FIBRES SYNTHÉTIQUES ?   

          Les fibres synthétiques sont généralement produites chimiquement par des précurseurs du pétrole, ce qui donne une large gamme de matériaux aux propriétés diverses. Ces fibres ont été développées afin d’améliorer les performances mécaniques et de réduire les coûts de production par rapport aux fibres naturelles.

Actuellement et malheureusement les fibres synthétiques sont les plus utilisées dans l’industrie du textile.

Bien que ces fibres soient moins chères que les fibres naturelles et nécessitent encore moins d’eau pour produire, ces fibres ne sont pas biodégradables et polluent l’environnement du fait qu’elles soient dérivées du pétrole et produits toxiques. Le processus de fabrication des tissus en fibres synthétiques et artificielles libère des déchets toxiques qui se retrouvent directement dans les océans et les rivières. 

De plus, même après le processus de transformation du vêtements, la fibre synthétique continuent à polluer l’environnement, elle libère des microparticules de plastique lors de son lavage.

Aujourd’hui, de nouvelles études montrent que d’énormes quantités de fibres minuscules provenant de tissus synthétiques se retrouvent dans les océans à partir de nos machines à laver… 

Les microplastiques libérés par l’industrie textile et d’autres industries qui produisent également des articles à base de pétrole se retrouvent dans les océans et sont mangés par de plus petits organismes, comme les planctons. Ces petits organismes sont à la base de la chaîne alimentaire, ce qui signifie qu’ils sont mangés par d’autres animaux, comme les poissons, les tortues, etc.

A partir du moment où les microplastiques entrent dans la chaîne alimentaire, un effet appelé bioaccumulation se produit, ce qui signifie que plus nous sommes loin dans la chaîne alimentaire, plus nous consommons de plastique ou de microplastique.

Contrairement à tous les impacts négatifs des fibres synthétiques sur l’environnement, les fibres naturelles ont beaucoup moins d’impacts négatifs sur la nature. Biodégradables, recyclables et renouvelables les avantages sont nombreux.

 

Toutefois, il existe tout de même un petit côté négatif avec l’utilisation des pesticides. Cet agent chimique nuit à la nature, en interférant également avec les êtres vivants. En ce sens, il est préférable de choisir des vêtements faits de fibres naturelles biologiques.

 

L’UTILISATION DU BAMBOU BIOLOGIQUE 

Les textiles en bambou bio sont respirants, faciles d’entretien, absorbants et soyeux. Le confort correspond à celui de la soie. Le bambou bio a également des propriétés hypoallergéniques, antibactériennes et insectifuges ! 

Les tissus fabriqués à partir de fibres de bambou sont présentés comme un progrès en matière de respect de l’environnement. C’est vrai sans aucun doute en ce qui concerne la culture du bambou, qui pousse rapidement, nécessite peu d’eau et aucun traitement chimique.

Il faut se montrer plus prudent quant au procédé de transformation des fibres de bambou. Il existe en effet sur le marché deux sortes de fibres : la viscose de bambou, fabriquée à l’aide de traitements chimiques traditionnels, et la fibre de bambou naturel bio, plus rare, fabriquée selon des procédés respectueux de l’environnement.

PADANG-tissus-batik-indonesien-commerce-equitzble-adaperlu-marque-eco-responsable

MOINS DE POLLUTION

Ada perlu utilise l’impression numérique, principalement car l’impression traditionnelle utilise des produits chimiques et toxiques rejetés dans la nature et rarement traités.  Il y a moins de gaspillage de teinture, l’encre est imprimée à la demande et peut être utilisée sur toute la surface du tissu ou pour la mise en place de motifs spécifiques, réduisant ainsi les pertes de celui-ci. 

De plus, la marque s’engage à regrouper toutes ses commandes au départ de Bali en une afin de réduire son émission de gaz à effets de serre.

MATIÈRES UPCYCLÉES

Ada perlu réutilise toutes ses chutes de tissus afin de fabriqué de produits annexe dans le but de suivre cette démarche Zéro déchet.

TOUT COMMENCE PAR UN PETIT GESTE, RESPECTONS NOTRE PLANÈTE, CONSOMMONS AVEC RÉFLEXION, CONSOMMONS MIEUX, CONSOMMONS BIEN.